Fabulation écrite en vacances sur Sirius B, à 8,6 années-lumière de la Terre, en l’an 2099.

(En 1999, les chercheurs d’Hydro Québec voient leur projet de recherche vendu à une firme américaine pour des raisons qui demeurent encore obscures)

C'était en 1999, cette année charnière où tout a basculé à cause, non pas du tournant du siècle comme certains le prédisaient, mais d'une roue.   Oui, encore une fois, ce symbole même qui permettait jusque là à tout acquéreur éventuel d'un véhicule d'exhiber d'un élégant coup de pied, avec arrogance et condescendance, son expertise en « chars  usagés ».  C'était aussi au cours de cette année-là que les valeurs traditionnelles, qui avaient jusqu'à ce jour fatidique permis aux habitants de cette planète - qu’on avait d'abord nommée « Terra » pour la rebaptiser plus tard du nom plus universel, plus simple et mieux adapté de  « Earth » - de se distinguer, de se valoriser, de donner un sens à leur vie quoi, ont subi ce qu'il est convenu d'appeler « toute une claque ! »

Cette année-là dis-je, quelques hurluberlus qui « trippaient » fort à faire des recherches pour le compte de la société d'énergie communale de cette petite région froide au nord de la planète, avaient réussi, après avoir réintégré leur « G.O.  » (Gentil Organisateur de recherche), écarté temporairement pour des raisons que  l'histoire a cru bon passer sous silence, à finaliser un prototype du fruit de leurs recherches, qui allait faire tout basculer.  Quand je dis tout, je veux  dire TOUT !

Les premiers à paniquer furent bien sûr les magnats de la  finance.   (Note : Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec l'histoire des peuples de ce coin reculé de la galaxie, il faut vous dire qu'en ces lieux et temps-là, les avoirs financiers étaient signe de pouvoir, de compétence, de sagesse, de dignité, voire même de privilèges. La finance était ce moyen inventé pour soi-disant faciliter l'équité entre les individus.)   Ces magnats avaient pourtant « investi » des fortunes en démarches diplomatiques de toutes sortes,  soudoyant l'un, stipendiant l'autre ou encore, encensant quiconque prétendait à une certaine influence prometteuse de tuer dans l’œuf ce projet qui allait compromettre l'essence même des valeurs qui jusque là, leur avait permis d'assurer la paix sociale. Parce qu'il faut vous dire aussi que ces magnats de la finance avaient comme rôles secondaires, ceux de Maîtres à penser et de Catalyseurs des énergies des individus auxquels ils assuraient la subsistance contre quelques efforts chèrement rémunérés. Mais les efforts des magnats furent  vains.  Les individus gérés, ceux qui n'avaient droit à d'autre privilège que celui d'indiquer par un  « X » dans une case, de temps à autres, lequel des prétendants allait être le meilleur pour assurer, par sa présence aux niveaux décisionnels, que la Paix sociale soit maintenue, avaient finalement compris avant tout le monde.  Cela leur était d'autant plus facile à comprendre que plusieurs d'entre eux avaient subi les effets pernicieux de la  « réingénierie administrative » appelée parfois « restructuration d'entreprise.  »   On a même parlé de certains cas de catoblépas à ce niveau, vous savez, cet oiseau légendaire qui, lorsqu'il avait peur, se bouffait lui-même en commençant pas les  pieds.  Ces mêmes individus étant assurés de leur subsistance pendant une période qu'on a vite écourtée pour les mêmes raisons qui justifiaient la  « restructuration d'entreprise » au sein des organismes gestionnaires, avaient eu soudainement le temps de réfléchir à leur sort et de ce fait, en étaient accidentellement arrivés à un niveau de conscience jusque là insoupçonnable, reconnus qu'ils avaient été comme des exécutants seulement, sans droit de réflexion ni d'expression d'opinion. Quant à leurs congénères que naguère ils considéraient inaptes à quoi que ce soit d'autre qu'à la revendication bruyante et inutile, ils s'en accommodèrent comme supporteurs de leurs revendications qualifiées, il va sans dire, de géniales.

Mais il ne s'agissait alors même plus de revendications.   C'était plutôt un état de fait. Le  « Moteur-roue »  (ne riez pas, c'est ainsi qu'ils l'avaient nommé) avait simplement révolutionné la façon dont les habitants de la planète allaient dorénavant se déplacer pour leurs activités quotidiennes.  Les carburants fossiles qui avaient assuré ce qu'ils avaient convenu d'appeler la santé de l'économie, n'allaient plus être nécessaires.  Seules les régions dépourvues de cours d'eau harnachables allaient à l'avenir avoir besoin de ce combustible liquide pour générer leur énergie  électrique.   De plus, cette même région nordique avait acquis pour un déboursé symbolique les oléoducs qu'elle avait recyclés en aqueducs pour acheminer l'eau potable dont regorgeait son sous-sol.

Toutes les activités qui découlaient de l'exploitation du pétrole se trouvèrent soudainement remises en question, et comble de malheur, seulement 10 % des activités essentielles au bon fonctionnement des hyper infrastructures nécessitaient la présence passive des humanoïdes.   Cette valeur, cette activité qu'ils appelaient de façon ancestrale « Le Travail » n'était plus nécessaire. C'était le fondement même de la  justification de leur existence mortifiante qui était chambardée ; même leurs  croyances, parfois appelées religions, se devaient d'être tout à coup remises en question.

Il arriva alors ce que vous devinez, petits futés que vous êtes.   Ils s'entre chamaillèrent pendant quelques décennies, mais à coups de « rencontres au sommet », de consultations démocratiques via  « outerspace.net »  auquel tous avaient dorénavant accès par leur TOPLESS  (téléphone-ordinateur-planificateur-de-loisirs-électro-se nsorio-stimulateur)  format bracelet-montre, ils décidèrent qu'ils allaient pouvoir enfin s'occuper des vraies affaires.

C'est depuis ce jour-là qu'ils n'ont plus de guerres, qu'ils on légalisé toutes les substances euphorisantes en raison d'une des premières décisions consensuelles qu'ils ont prises, celle de bannir à  jamais toute forme de valeur cumulable accordée à quelque symbole que ce soit  (entre autres l'argent) qui pourrait éventuellement permettre le retour à l'anarchie déguisée qu'ils avaient pendant des siècles vécue dans une béatitude dont ils ne veulent même plus se souvenir.

Et qui osera dire maintenant qu'il ne faut pas perdre son temps à réinventer la roue ?



Job

Édition : Polysec